HomeStatutsProgrammeRèglementMessagesDirectionCotisationClause de non-responsabilitéLiensContactIndex Documents

StartStatutenProgrammaReglementBerichtenBestuurLidgeldDisclaimerLinkenContactIndex Documenten

 

Stop à la folie administrative!

 En préliminaires, nous tenons à signaler que, quelle que soit notre origine du nord ou du sud du pays, notre appartenance à l’un ou l’autres des syndicats ou groupe de pression, nous sommes tous d’accord pour dire: la situation est devenue ingérable! Et pour vous crier d’une seule voix: STOP à KAFKA! 

1. Une CRM comme ça, nous n’en voulons plus!

  • Nous demandons une étude de faisabilité par nos pairs de terrain de toute nouvelle règle édictée par la CRM  plutôt que de la couler dans des lois impraticables.

 

  • Nous demandons la levée du secret des débats de la CRM. Nous voulons une transparence totale sous réserve d’éléments inconnus par nous qui pourrait la justifier. Dans cette dernière éventualité, nous vous demandons les justifications de ce secret. Dans la perspective de cette transparence, nous demandons que soient nommés les conflits d’intérêts éventuels comme cela se fait ailleurs. Nous devons aussi savoir qui a voté quoi afin que nos représentants toujours minoritaires ne vous servent de caution pour des règles imbuvables.

 

  • Nos représentants syndicaux, seuls médecins de terrains de cette CRM sont les seuls à connaître nos réalités de terrain et ils sont en minorité dans la CRM. Nous demandons que nos représentants syndicaux aient dorénavant un droit de veto.

 

  • Nous demandons que vous nous donniez les moyens de votre politique. Dès lors nos représentants doivent être correctement payés pour cette mission et doivent disposer de suffisamment de temps pour étudier les dossiers.

 

2. Ingérabilité du système

 

  • Les règlements des différents chapitres de médicaments nous dépassent, y compris les plus impliqués d’entre nous dans les organisations de défense professionnelle et de recherche scientifique. Aucun d’entre nous ne maîtrise toutes les données. Il apparaît que les intérêts économiques en jeu déterminant l’appartenance à l’un ou l’autre chapitre nous dépassent, que tous les facteurs à l’origine de ces chapitres sont indépendants de notre volonté, nous n’en sommes que les victimes en fin de parcours. Victimes de la paperasserie devenue incompréhensible et victimes d’une insécurité juridique permanente nous plaçant en conflit d’intérêt permanent avec nos patients.

 

  •  Ce n’est donc pas à nous de proposer des solutions de simplification des chapitres, c’est à vous de trouver des solutions de simplification radicale. Quelles que soient les solutions que vous proposerez, celles-ci sont à tester sur le terrain avant .

 

  • Cependant nous demandons que dans l’immédiat et pour le chapitre IV:

 

    • Stop à l’échelonnement à l’envers qui nous oblige de consulter un spécialiste avant de pouvoir prescrire.

    • Suppression intégrale du TPA et de tout contrôle à posteriori.

 

  • Si une autorisation est accordée pour un Bf a priori, l’accord donné par le MC doit être bétonné, nous voulons la suppression de la phrase apparue dans les demandes Bf « sous réserve de… »

Une autorisation Bf dans une pathologie chronique doit être une autorisation à vie.

Une autorisation Bf pour un médicament doit être valable pour toute la classe de ce médicament.

  • Nous exigeons une information claire, compréhensible et accessible à tous, à jour et qui tienne compte de notre spécificité de visites à domicile.

 

  • Vous prétextez de  l’explosion des budgets des IPP sortis des Bf pour parler de notre incompétence à prescrire correctement et pour justifier leur remise à conditions. Que peut-on déduire d’un bilan si on ne tient pas compte des diminutions du prix des gastroscopies, de la disparition des frais de fonctionnement du Bf, de l’augmentation du budget de la Ranitidine ou autres anti-acides, de l’augmentation de la fréquence indéniable des oesophagites. Expliquez-nous pourquoi les budgets des IEC et de la Simvastatine n’ont pas augmentés ?

 

  • Nous savons que la loi du 10-08 nous obligeant à mentionner le nombre de comprimés par boite ne relève pas de la CRM mais nous profitons de ce paragraphe sur l’ingérabilité pour vous faire savoir que nous ne pouvons répondre à cette loi qui n’oblige en rien les firmes à uniformiser les conditionnements mais nous oblige à retenir en détail les différents formes d’une même molécule.

 

  • Nous demandons aussi que tous les médicaments génériques aient les mêmes indications que la spécialité de référence ou à défaut qu’ils soient remboursés suivant les indications de la spécialité de référence.

 

3) Contrôles

 

  • Nous ne voulons plus de contrôles sous forme de coups de sonde.

Si vous décidez de contrôler les outliers afin de vérifier une prescription scientifique adéquate, expliquez-nous la logique scientifique de ne jamais contrôler les outliers sous-prescripteurs?

  • Dans tous les cas, nous exigeons que la présomption d’innocence soit respectée, aucune preuve scientifique n’existant pour affirmer que c’est la prescription du percentile 50 qui soit la meilleure.

 

  • Afin de nous permettre une autoévaluation permanente et une rectification éventuelle de nos prescriptions, nous demandons l’accès permanent à toutes nos données individuelles et aux comparaisons avec les profils nationaux.

 

 

EN RESUME :                                                                                                                           :

 

  • UNE CRM comme ça: plus jamais!

  • Stop à une CRM toujours à côté des réalités de terrain!

  • Stop à une production débridée de règles sans étude de faisabilité!

  • Stop à ces règles épouvantables et ingérables sur le terrain !

 

Consensus approuvé par les représentants du FAG, GBO, AMF, Domino, MG-Action, SSMG présents à la réunion ainsi que par des confrères néerlandophones qui se chargent de la traduction et de la diffusion parmi les associations de MG en Flandre.

 

                Regardez avec / kijk met 1280 x 1024         webmaster: dominosyndicat@telenet.be         © Domino vzw